La Bonne Combine
Electroménager - TV - Hifi - Informatique - Smartphone
  • Réparation
  • Vente
  • Neuf ou Occasion
  • Pièces détachées

La Bonne Combine accoste sur les réseaux sociaux

La Bonne Combine 2.0 accoste sur les réseaux sociaux

Depuis une quarantaine d’années, la Bonne Combine propose ses services dans la réparation avec succès, en dépit d’une économie faisant plutôt la promotion de produits neufs de moins en moins durables. Naviguer à contre courant demande un certain courage, nécessite l’idée qu’on peut être acteur de grands changements (fournir une prestation à l’encontre de l’illogisme environnementale, du gaspillage et de la surconsommation), requiert des valeurs solides ainsi qu’un peu de chance…

Le navire la Bonne Combine a tenu le choc, a su s’adapter aux différents vents et marées et reste à flot dans un environnement que peu de personnes estimaient propice et rentable. Avec son Logo vert emblématique dessiné par feu Mix et Remix, la Bonne Combine est devenu depuis les années 80 porte parole de la réparation en suisse romande. Selon le journal suisse Le Temps, seul quotidien généraliste francophone de dimension nationale, «la Bonne Combine est la référence en Suisse romande en réparation d’appareils.»

Cette belle aventure à été imaginée et mise en place par deux jeune adultes, bientôt accompagné par un troisième compère. Très rapidement nommée la Bonne Combine, l’atelier de réparation a grandi, évolué, gagné en maturité et a déménagé à Prilly, dans des plus grands locaux, à 50 mètres de Lausanne. La création d’autres prestations, notamment avec le Bird (Bureau d'Investigation sur le Recyclage et la Durabilité) ont transformé dès lors la raison sociale de la Bonne Combine, qui est officiellement devenu RDS Technique et conseils en environnement.


Les fondations de la Bonne Combine

Les valeurs des fondateurs (préservation des ressources naturelles, esprit anti-gaspillage) ont permis de mettre en place une véritable éco-entreprise et de proposer un discours et un service après-vente rationnel auprès de notre clientèle depuis quatre décennies … bien avant que l’ «écoblanchissement» (green washing dans la langue de Shakespeare) ne fasse parler de lui. A ce titre, l’élection d’un des fondateurs de la Bonne Combine en tant que Conseiller d’Etat vaudois démontre la pertinence et la cohérence de notre PME.

Il semble que néanmoins l’impermanence du monde qui nous entoure s’est encore accélérée. En effet, que ce soit notre (im)patience, notre consommation peu frugale ou une camélotisation plus intense d’appareils électroniques/électriques « La durée de vie moyenne des appareils électroménagers courants oscillerait aujourd’hui entre 6 à 8 ou 9 ans contre 10 à 12 ans auparavant» (source :www.consoglobe.com/obsolescence-programmee-appareils-cg ). Mais l'industrie n'est qu'une partie de l'équation, car le problème de la faible longévité des appareils n'est pas seulement technique...il est aussi social et psychologique en raison de notre attrait du neuf... « Les natels ont une durée de vie théorique de 7 ans alors qu’en moyenne en Suisse, ils ne sont utilisés que 18 mois. Selon une estimation grossière, plus de 8 millions de portable restent inutilisés dans le tiroir.» (p.8 dossier pédagogique des enseignants, COSEDEC).

Les appareils produits par l’industrie contemporaine sont vendus moins chers qu’auparavant, mais sont nettement moins durables (pièces détachées non produites, trop difficiles à réparer, éléments collés entre eux, qualité inférieure, etc.). Pour résumer, faciliter ou promouvoir la réparation et la durabilité semble absent des cahiers de charge des ingénieurs…

Malheureusement cette nouvelle approche industrielle n’améliore pas vraiment la préservation des ressources naturelles. A l’inverse, on augmente encore plus notre empreinte écologique alors que le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) confirme, depuis 1990, qu’on doit à l’inverse la réduire de manière importante. En effet, si on prend l’exemple des machines à laver qui utilisent deux fois moins d’eau ou d’électricité qu’auparavant, mais dont la durée de vie des appareils est également réduite, le bilan écologique peut devenir pire que pour les anciens appareils…même économiquement cela est illogique, car très souvent le client aura intérêt financièrement à réparer plutôt qu’acheter, dès qu’on calcule les coûts à moyen-long terme.


Le contexte helvétique

Le salaire net des Suisses est également réputé être l’un des plus important du monde, juste devant les scandinaves. Cette réalité économique a pour conséquence que la population raisonne moins en coûts financiers que dans la plupart des autres pays lorsqu’un appareil rencontre des problèmes de fonctionnement. Dès lors acheter neuf plutôt que de réparer semble aller de soi pour de nombreux consommateurs. L’industrie va dès lors prendre en compte ce contexte particulier et traiter le client helvétique différemment que chez nos pays voisins en ne proposant plus de pièces détachées ou à des prix rédhibitoires, ceci étant particulièrement flagrant dans le secteur électronique.


La bonne combine 2.0

L’avènement d’internet il y a presque 20 ans et de l’internet 2.0 depuis une dizaine d’année a produit un nouveau contexte commercial auquel on doit s’adapter. La Bonne Combine s’émancipe de son approche plutôt locale afin de pouvoir proposer ses nouvelles prestations non seulement en Suisse romande mais également pour tout le territoire helvétique. Et qui sait par la suite…

La Bonne Combine a été fondée pour promouvoir une autre logique que la surconsommation, proposer une démarche de réparation par seulement sur des critères financiers mais avec une réflexion sur notre mode de consommation et l’importance de l’énergie grise dans le bilan environnementale (cette énergie nécessaire au cycle de vie d’un appareil, très souvent « cachée » au consommateur). La Bonne Combine a vu le jour avec une vision conforme au bon sens, avec la candeur de la jeunesse qui pensait que les changements de paradigme allaient avoir lieu sou peu, notamment suite au rapport Meadows du Club de Rome (1972), premier signal mondial d’alarme de valeur scientifique. Force est de constater que c’est plutôt le paradigme «business as usual» qui a prévalu depuis. Mais les convictions de la Bonne Combine n’ont pas faibli pour autant.


Notre nouvelle prestation

Reconnu pour son expertise, La Bonne Combine est appréciée pour son service après-vente et ses réparations dans toute la Suisse-romande. Crise de la quarantaine oblige, son site internet vient d’être entièrement remis à neuf afin de mieux servir et renseigner nos clients et de proposer des services adaptés à l’économie 2.0. Des informations en lien avec la durabilité et l’anti gaspillage sont toujours accessibles sur une page dédiée uniquement à cet effet.www.labonnecombine.ch/chiffres.
Par exemple, saviez vous qu’ « En 2018 chaque habitant-e de notre pays produit plus de 15 kg de déchets d’équipements électriques et électroniques chaque année. » (source : p.18, Contenu du dossier pédagogique Dossier pédagogique eRecycling: Dossier de l’enseignant)

Vendant déjà des appareils neufs et reconditionnés, la Bonne Combine 2.0 voit le jour avec une nouvelle prestation et, semble-t-il, unique en Suisse:
La vente de pièces détachées d’occasion à travers notre site internet.

Vous recherchez un tuyau d’aspirateur Dyson, une pédale pour votre machine à coudre Bernina, un réservoir d’eau pour votre station vapeur Philips, une pompe cyclage pour un lave vaisselle Miele, un module d’alimentation pour votre téléviseur LG OLED, un plateau en verre pour votre micro onde Siemens…voici un petit aperçu d’une liste qui va aller en s’agrandissant.


Notre équipe aujourd’hui

Nos 9 techniciens expérimentés (petit électroménager, gros électroménager, électronique et vélo) et notre vendeur sont à votre service, et font en sorte de trouver la Bonne Combine pour réparer vos appareils. Etant également une entreprise formatrice, nous avons deux apprentis dans nos locaux qui nous permettent de garder un lien avec les jeunes générations et qui contribuent à nous remettre en question. En quatre décennies, plus de 100 000 personnes ont décidé de ne pas simplement jeter leurs appareils et tentent de le faire réparer chez nous. Alors si ce n’est pas déjà le cas, venez nous rendre visite directement sur place et sur notre nouveau site internet.